Barre du menu

                                                                                  

samedi 16 septembre 2017

Servante écarlate (La)..................nouvel emblème féministe
un roman de Margaret Atwood

Titre : La Servante écarlate
Auteure canadienne : Margaret Atwood
Première édition en 1985
Catégorie : roman de science-fiction (dystopie)
511 pages

Photo du livre

En 2015 je demandai à mon libraire des exemples en science-fiction de romans féministes. Sans hésiter il me parla de La Servante écarlate, écrit en 1985. Un titre qui m’était alors totalement inconnu. Je l’ai immédiatement dévoré. En plus de nous servir une histoire à couper le souffle, je le trouvai très juste sur le plan politique.

Maintenant, ce roman se vend en tête de gondole chez les grandes enseignes de librairie, grâce (si l’on peut dire) à l’élection de Trump et à l’adaptation récente en série télé. Pour une fois que ce n’est pas un Marc Lévy qui occupe le devant de la scène, il me semblait nécessaire de saluer cela par un article.

Je ne suis pas un habitué des articles politiques. Mais cette fois-ci j’y fais exception, car il me paraît impossible d’écrire sur La Servante écarlate sans parler de féminisme.

samedi 26 août 2017

Adar - Retour à Yirminadingrad....un recueil collectif de nouvelles

Titre : Adar - Retour à Yirminadingrad
Auteurs français : Stéphane Beauverger, David Calvo, Alain Damasio, Mélanie Fazi, Vincent Gessler, Léo Henry, Sébastien Juillard, Laurent Kloetzer, luvan, Norbert Merjagnan, Anne-Sylvie Salzman et Maheva Stephan-Bugni - d’après les dessins de Stéphane Perger
Dessinateur : Stéphane Perger
Première édition en 2016
Catégorie : recueil de nouvelles fantastiques et SF
310 pages

Photo du livre

Envie d’errer dans une ville qui suinte le marasme et le provoque chez le lecteur ? Adar – Retour à Yirminadingrad est fait pour vous. Passez chez Charybde ou Scylla vous procurer ce recueil édité par Dystopia, armez-vous d'antidépresseurs, inspirez un grand bol d’air et lancez-vous !

Yirminadingrad est une ville imaginaire, située en bordure de la mer noire, créée par Léo Henry et Jacques Mucchielli il y a plus de dix ans maintenant. Adar – Retour à Yirminadingrad est le quatrième opus se passant dans cette ville, et peut se lire indépendamment des trois premiers, que je n’ai d’ailleurs pas encore lus.

Les deux premiers opus (Yama Loka Terminus et Bara Yogoï - sept autres lieux) sont de Léo Henry et Jacques Mucchielli. Pour le troisième (Tadjélé – Récits d'exil) Laurent Kloetzer s’était rajouté dans l’aventure. Avec Adar – Retour à Yirminadingrad, le nombre d’auteurs bondit, puisqu’ils sont désormais douze.

lundi 31 juillet 2017

Cité du futur (La)..........un roman de Robert Charles Wilson

Titre : La Cité du futur
Auteur canadien : Robert Charles Wilson
Première édition en 2016
Catégorie : roman de science-fiction
367 pages

Photo du livre

Futurity, un hôtel formé de deux grandes tours d’immeubles, qui vous paraîtraient tout à fait banales si vous y jetiez un coup d’oeil. Néanmoins, elles impressionnent vivement les habitants qui vivent aux alentours. Et pour cause : elle a été construite par des gens qui viennent du futur. Des gens qui viennent du XXIème siècle ! Soit bien loin de cet Illinois de 1876.

Futurity est d’abord un business : les riches du XXIème siècle y viennent pour visiter le passé, et ceux du XIXème pour découvrir les merveilles du futur que renferme l’hôtel (des expositions, des reportages vidéo, et même un hélicoptère).

Jesse, un contemporain de cette époque, est agent de sécurité à Futurity. Le hasard l’amène à sauver la vie du président Grant, en visite à l’hôtel. Il bénéficie alors d’une promotion et se retrouve ainsi à enquêter sur un trafic d’armes du futur.

Jesse sait que son temps est compté à Futurity : Kemp, l’homme d’affaires à la tête de ce business, a promis que l’hôtel ne resterait ouvert que cinq ans. Pas plus, pour éviter de perturber trop fortement la société américaine de cette époque. Force est néanmoins de constater qu’il est déjà trop tard.

mardi 11 juillet 2017

Mes vrais enfants..........un roman de Jo Walton

Titre : Mes vrais enfants
Auteure britannique : Jo Walton
Première édition en 2014
Catégorie : roman de science-fiction (uchronie)
342 pages

Photo du livre

Suis-je Pat ou Trish ? se demande Patricia, cette femme âgée en maison de retraite. Les souvenirs de son enfance sont clairs et uniques, mais dès qu’elle se souvient de sa vie adulte, elle a en mémoire deux histoires : un monde dans lequel elle a épousé Mark, cet étudiant en philosophie qui l’impressionnait tant, un autre dans lequel elle a brisé ses fiançailles.

Se marier ou non avec Mark, un choix crucial qui débouche sur deux vies complètement différentes. En refusant le mariage, elle devient Pat, une intellectuelle libérée, qui va connaître le grand amour avec une femme, et fonder une famille hors normes. Un grand bonheur, qui s’inscrit en profond décalage avec une société violente (conflits nucléaires, terrorisme). Au contraire, en épousant Mark, elle s’engage dans une société bien plus gaie, mais dans laquelle elle connaît un destin plus malheureux : elle devient une femme aux foyer, déconsidérée par son mari, et sans cesse obligée de se soumettre à ses choix.

Deux destins, chacun avec leurs moments de joie et de tristesse.

samedi 1 juillet 2017

Maison des Derviches (La)..........un roman de Ian McDonald

Titre : La Maison des Derviches
Auteur britannique : Ian McDonald
Première édition en 2010
Catégorie : roman de science-fiction (anticipation)
696 pages

Photo du livre

Istanbul, cinq ans après l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Un attentat suicide se produit dans un tramway : une femme fait exploser sa tête, éclaboussant de sang Necdet qui se trouvait juste à côté. En apparence indemne, il va pourtant dès lors se mettre à voir des djinns partout.

Pendant cinq jours, vous allez partager son quotidien, ainsi que celui de ses voisins, tous habitants d’un ancien couvent de derviches. Parmi eux, le jeune Can, un enfant de neuf ans dont le coeur est si fragile qu’il est susceptible de s’arrêter au moindre bruit violent ; il porte donc des bouchons d’oreilles permanents qui font de lui un sourd. A l’aide de son robot capable de se métamorphoser aussi bien en rat, qu’en serpent ou en oiseau, il va néanmoins se surpasser en enquêtant sur ce mystérieux attentat. Son vieux voisin célibataire, Georgios Ferentinou, tente en vain de l’en dissuader. Pauvre Georgios, ancien grand économiste mis en retraite forcée, qui a subit de plein fouet les répressions et le racisme envers les chrétiens grecs. Il pleure encore son amour perdu, qui a fuit en Grèce dans les années 1980. Dans la maison des Derviches, on trouve également Ayse, une antiquaire qui a accepté le pari fou de trouver la tombe de l’homme mellifié, dont l’existence tient de la légende (cet homme mythique n’aurait mangé que du miel durant les dernières semaines de sa vie, et se serait fait embaumer dans du miel). Son compagnon, Adnan, trader d’une compagnie gazière, se prépare quant à lui à réaliser le coup de poker du siècle à la bourse, de manière plus que malhonnête. Et reste enfin Leyla, jeune femme qui sort de ses études de marketing, et se retrouve à chercher des financements pour une jeune start-up qui développe une technologie de stockage de données informatiques dans l’ADN de notre corps.

Tous ces gens vont vivre une semaine folle, et voir leurs histoires s’entremêler, eux qui pourtant ne se connaissent que de vue.

dimanche 18 juin 2017

The City & The City..........un roman de China Miéville

Titre : The City & The City
Auteur anglais : China Miéville
Première édition en 2009
Catégorie : roman de science-fiction (uchronie et polar)
480 pages chez Pocket

Photo du livre

Quelqu’un qui jetterait rapidement un coup d’oeil à cette ville croirait voir une ville occidentale comme une autre, sans rien de très original. Pourtant elle possède une particularité unique au monde : sur son territoire, deux villes entremêlées l’une dans l’autre cohabitent. Beszel et Ul Qoma, deux villes ayant chacune le statut d’Etat. Notez bien que je ne vous parle pas d’une ville coupée en deux par un mur, comme ce fut le cas pour Berlin. Aucune frontière physique ne sépare en effet Beszel et Ul Qoma. Non, pour distinguer les espaces appartenant à l’une ou l’autre, les gens apprennent à distinguer l’architecture, les tons de peinture ou encore le style vestimentaire des passants. Une frontière physique serait d’autant plus impossible que les deux villes s’interpénètrent : dans un même quartier certaines rues dépendent de Beszel, d’autres de Ul Qoma, et il arrive même que la limite se trouve au milieu de la rue, séparant ainsi administrativement le côté gauche du côté droit. Plus complexe encore, de nombreux espaces appartiennent aux deux villes.

mercredi 17 mai 2017

Compagnie des loups (La)..........un recueil de nouvelles d'Angela Carter

Titre : La compagnie des loups
Auteure anglaise : Angela Carter
Première édition en 1979
Catégorie : recueil de nouvelles de contes (fantasy)
192 pages

Photo du livre

Sans aucun doute, vous vous souvenez de tous ces contes qu’étant petit vos parents vous ont lus au coin du feu, ou en vous bordant le soir avant un profond sommeil. Ces mêmes contes vous les avez vus adaptés dans quantité de formats : dans des livres imagés, au cinéma, en dessin animé, à l’opéra, parfois même en enregistrement sonore. En somme pour chacun d’eux vous connaissez déjà plusieurs variantes. Le petit chaperon rouge qui meurt parfois digéré par le loup, mais qui parfois est sauvé par le chasseur. Les épouses de Barbe bleue parfois assassinées, parfois sauvées, parfois parquées dans un gynécée.

Mais croyez-moi, peu importe le nombre de versions que vous connaissez déjà de ces contes, celles-ci vont vous surprendre ! Car dans ce recueil de nouvelles, Angela Carter s’amuse à réécrire ces contes avec un regard radicalement différent, empreint d’ironie, d’érotisme et de féminisme. Ce recueil vous offre entre autre des réécritures du Petit chaperon rouge (nouvelles “La Compagnie des loups” et “Le Loup-garou”), de Barbe bleue (nouvelle “le Cabinet sanglant”), de La Belle et la Bête (nouvelles “M. Lyon fait sa cour” et “La jeune épouse du tigre”), de Dracula (nouvelle “la Dame de la maison d’amour”) ou encore du Chat botté (nouvelle du même nom).