Barre du menu

                                                                                        

dimanche 19 novembre 2017

Prince des étoiles (Le)..........un roman de Jack VANCE

Titre : Le prince des étoiles
(tome 1 du cycle de “la Geste des princes-démons”)
Auteur américain : Jack VANCE
Première édition en 1964
Catégorie : roman de science-fiction (space opera)
320 pages

Photo du livre

Le prince des étoiles constitue le premier tome du cycle de “La Geste des Princes-Démons”. Le héros s’attelle au cours de ce cycle de cinq romans à venger la mort de ses parents, en traquant et tuant un à un les responsables.

Voici donc mon article pour ce premier tome, que j’ai trouvé distrayant et agréable à lire, sans qu’il intègre pour autant la grande littérature.

mardi 7 novembre 2017

Blade Runner - regards croisés..........(K. Dick / R. Scott / D. Villeneuve)

Blade Runner 2049 est sorti dans les salles le 4 octobre dernier. L’occasion pour moi de vous proposer un regard croisé sur les trois oeuvres : le roman de 1968, le film de 1982 et celui d’aujourd’hui. J’ai choisi d’insister avant tout sur les sujets abordés : l’empathie, la réalité, la vraisemblance, la foi… Ne vous attendez donc pas à un article d’analyse cinématographique.

Je préfère également vous prévenir : cet article est truffé de spoilers. Impossible en effet de comparer les trois oeuvres sans dévoiler des éléments-clés. Vous voilà donc prévenus !


Œuvres évoquées ici :

Les androïdes
rêvent-ils de moutons électriques ?

Un roman de Philip K. Dick, publié en 1968
(249 pages)

Blade Runner
Un film de Ridley Scott, sorti en 1982

Blade Runner 2049
Un film de Denis Villeneuve, sorti en 2017

Catégorie science-fiction (dystopie et androïdes)

Affiches et page de couverture

samedi 21 octobre 2017

Dépossédés (Les)..........un roman d'Ursula Le Guin

Titre : Les Dépossédés
Auteure américaine : Ursula K. Le Guin
Première édition en 1974
Catégorie : roman de science-fiction (utopie)
446 pages

Photo du livre

Et si vous faisiez une plongée dans l’esprit d’un anarchiste ? Voilà l’expérience de pensée qu’Ursula Le Guin vous propose. Un chef d’oeuvre littéraire que je vous invite à découvrir !

Urras et Anarres sont deux planètes voisines. Autrefois, seule Urras était habitée. L’autre, bien qu’habitable, était trop aride pour être cultivée facilement. S’y installer aurait relevé du pur défi. Seules ses ressources minières étaient donc exploitées.

Mais il y a de cela deux siècles, Urras a connu de grandes émeutes ouvrières, menées par un courant anarchiste. Pour éviter la guerre civile qui se profilait, un compromis avait alors été trouvé : les gouvernements d’Urras permirent aux anarchistes d’émigrer sur la planète Anarres, où ils les laissèrent créer librement leur communauté, avec pour seule contrainte de livrer régulièrement à Urras des cargaisons de minerais précieux.

samedi 14 octobre 2017

Yama Loka Terminus....un recueil de nouvelles de L. Henry et J. Mucchielli

Titre : Yama Loka Terminus
Auteurs français : Léo Henry, Jacques Mucchielli
Première édition en 2008
Catégorie : recueil de nouvelles dystopiques
321 pages

Photo du livre

Vous souvenez-vous de la légende chrétienne de Saint Christophe ? Ce géant qui accepte de faire traverser le fleuve à un enfant, au péril de sa vie. Un choix judicieux de sa part, puisque cet enfant se révèle être le Seigneur en personne. Dans Yama Loka Terminus, l’une des nouvelles nous propose une réécriture de la légende : Saint Christophe, après avoir compris que l’immigré qu’il transporte risque de lui couler son bateau tant il est lourd, décide de s’en débarrasser en lui tirant dessus. Voilà comment on traite ici la morale chrétienne ! Bienvenu à Yirminadingrad, pourrait-on dire, car bien des personnes qui vivent dans cette ville sont à l’image de ce Saint Christophe.

Il y a quelques semaines je vous livrais mon article sur le quatrième et dernier opus du cycle de Yirminadingrad (Adar). Sans aucun respect pour la chronologie d’écriture des quatre recueils, voici donc désormais mon article sur le premier d’entre eux. Notez au passage que les lire dans le désordre est possible, mais qu’on perd alors le charme d’un langage qui se construit peu à peu. Je m’en rends compte désormais : j’ai loupé des références en lisant le dernier en premier.

lundi 9 octobre 2017

Rencontre avec Estelle Faye et Léo Henry,
une occasion de parler d'urbanisme



Images auteurs


Ce vendredi 13 octobre à 19h, la bibliothèque Rilke à Paris organise une rencontre avec Estelle Faye et Léo Henry sur la thématique de la ville. Seront ainsi mis à l’honneurUn éclat de givre et le cycle de Yirminadingrad, qui nous placent chacun à leur manière dans un cadre urbain dystopique.

Etant urbaniste, et par ailleurs usager régulier de la bibliothèque Rilke, on m’a invité à intervenir brièvement sur les liens entre urbanisme et science-fiction. Une quinzaine de minutes tout au plus, mais c’est suffisant pour dire pas mal de choses sur le sujet.



Pour ceux qui seraient intéressés, voici l’adresse de la bibliothèque :

Vendredi 13 octobre à 19h
Bibliothèque Rilke (près de la station RER Port Royal)
88 Ter boulevard de Port-Royal 75005 Paris

Et vous pouvez cliquer ici pour accéder au lien de l’événement facebook.

lundi 25 septembre 2017

Eclat de givre (un)..........un roman d'Estelle Faye

Titre : Un éclat de givre
Auteure française : Estelle Faye
Première édition en 2014
Catégorie : roman de science-fiction
(post-apocalyptique)
245 pages

Photo du livre

XXIIIème siècle : le monde est devenu quasiment inhabitable, après avoir connu l’apocalypse cent ans auparavant. Les terres sont impropres à la culture, il reste des champs de mines partout…

Mais au milieu de cette désolation, Paris survit et s’adapte. Si les conditions de vie nous font parfois penser au Moyen Age (notamment lorsque les habitants versent le contenu de leur seau d’aisance dans la rue), il reste néanmoins quelques équipements du XXIème siècle, comme en témoigne l’usage de l’électricité, la circulation d’une ligne de métro rescapée, ou encore la subsistance de chaînes hifi. Faute de terres arables, Paris en est venu à développer une agriculture hors-sol dans les étages d’anciennes barres HLM qui ceinturent Paris. Soit un composite urbain assez intéressant, que seul le genre du post-apocalyptique permet. Cette microsociété est-elle toutefois plausible ? J’ai quelques doutes sur la question (le maintien de l’électricité me semble relever d’une économie un minimum développée), mais là n’est pas le propos de ce roman.

samedi 16 septembre 2017

Servante écarlate (La)..................nouvel emblème féministe

Un roman de Margaret Atwood

Titre : La Servante écarlate
Auteure canadienne : Margaret Atwood
Première édition en 1985
Catégorie : roman de science-fiction (dystopie)
511 pages

Photo du livre

En 2015 je demandai à mon libraire des exemples en science-fiction de romans féministes. Sans hésiter il me parla de La Servante écarlate, écrit en 1985. Un titre qui m’était alors totalement inconnu. Je l’ai immédiatement dévoré. En plus de nous servir une histoire à couper le souffle, je le trouvai très juste sur le plan politique.

Maintenant, ce roman se vend en tête de gondole chez les grandes enseignes de librairie, grâce (si l’on peut dire) à l’élection de Trump et à l’adaptation récente en série télé. Pour une fois que ce n’est pas un Marc Lévy qui occupe le devant de la scène, il me semblait nécessaire de saluer cela par un article.

Je ne suis pas un habitué des articles politiques. Mais cette fois-ci j’y fais exception, car il me paraît impossible d’écrire sur La Servante écarlate sans parler de féminisme.